Introduction

Les prothèses, c'est-à-dire les dispositifs artificiels destinés à remplacer un membre, un organe ou une articulation, existent depuis la nuit des temps. Son histoire est liée à celle de l'humanité. Les premiers hommes, dès qu'ils ont adopté la position"debout", ont naturellement cherché à conserver cette posture. Il leur a donc fallu trouver des béquilles et des aides pour remplacer leur(s) membre(s) amputé(s) ou estropié(s). Cependant, les plus vieilles "prothèses", trouvées, datent de l'époque des pharaons en Égypte. Il existe deux ensembles de prothèses : les prothèses inférieures pour remplacer les membres inférieurs et les prothèses supérieures. Ces prothèses arrivent à remplacer les membres organiques. Cependant, tous les sports ne sont pas praticables avec une prothèse de la vie quotidienne. En effet, l'athlétisme demande des prothèses spécialisées. Cependant, les athlètes ayant des prothèses sont souvent victimes de discriminations dans les jeux. Effectivement, Oscar Pistorius, un athlète sud-africain spécialisé dans le sprint qui a des prothèses athlétiques, a été le sujet d'un débat sur la prothèse dans la course et de ses avantages par rapport au pied organique car il a été le premier athlète handisport à se qualifier aux Jeux Olympiques de Londres de 2012.

Nous nous demanderons donc comment une prothèse peut égaler voire améliorer les performances physiques d'un handicapé moteur par rapport à celles d'un athlète n'ayant pas de prothèse.

Dans un premier temps, nous parlerons du pied organique et de la prothèse dans la course et des différentes forces exercées. Puis, dans un second temps, nous verrons les différents matériaux utilisés pour construire une prothèse athlétique. Et enfin, nous étudierons les dépenses énergétiques chez les personnes ayant ou n'ayant pas de prothèses athlétiques.

         Oscar Pistorius Oscar Pistorius

21 votes. Moyenne 3.19 sur 5.

×